Journée mondiale des Droits humains, la santé n’est pas pour tout le monde

Giornata diritti umani

Nous célébrons aujourd’hui dans le monde entier la Journée Mondiale des Droits de l’Homme, consacrée cette année à le droit de chacun de participer à la vie publique et politique: un grand nombre de ces droits de l’homme, même lorsqu’ils ont été capturés semblent avoir perdu à nouveau dans certaines régions du monde. Dans l’autre ne sont jamais été pleinement mis en œuvre. La même chose s’applique pour le droit à la santé.

Nous citons l’article 25 de la Déclaration Internationale des droits de l’homme

L’Article 25.

(1) Toute personne a le droit à un niveau de vie adéquat pour la santé et le bien-être et ceux de sa famille, avec une attention particulière à l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires, et le droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou de l’absence de moyens de subsistance dans des circonstances hors de son contrôle.

(2) la maternité et l’enfance ont droit à une aide et à une assistance. Tous les enfants, qu’ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.

La naissance de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a été la première étape dans la tentative d’établissement de santé en tant que droit fondamental dans tous les coins du monde. Comme indiqué dans la déclaration internationale de cet objectif ne peut être atteint grâce à une série de règles, de règlements, la création d’institutions spécifiques, le meilleur des arrangements sociaux et le support de l’environnement: le droit à la santé ne devrait pas obtenir de la couleur, de condition sociale ou de discrimination d’aucune sorte. La santé est un droit universel que tous les gouvernements doivent s’engager à offrir. On parle du traitement immédiat et qualifiés, de pointe, mais aussi la prévention, l’information, la bonne nutrition et le logement, etc

De regarder autour de nous faire prendre conscience de la façon dont peut-être certaines des choses que nous, les italiens, sont refusés dans d’autres parties du monde, on pense seulement à propos de maladies dues à la malnutrition, le manque d’eau et d’hygiène qui sont à mourir pour des millions d’enfants pour une simple diarrhée, ou les vaccinations.

Pourtant, même dans notre partie du monde, dominé par la maladie de la nutrition excessive, ce droit semble parfois être supprimé. L’absurde des listes d’attente pour un diagnostic de l’enquête, le billet est élevé, le risque réel de la fin du Service National de Santé, le fonds incertain pour les personnes gravement handicapées. Encore trop sous-estimé, en outre, le droit à la santé mentale. Pour toutes ces raisons, aujourd’hui plus que jamais, en ce moment, il est important de célébrer la journée internationale des droits de l’homme. Lire la déclaration complète.

Photo: Thinkstock

Laisser un commentaire