La santé des enfants: non inclus dans les programmes politiques?

salute bambini programmi politici

La santé des enfants ne semble pas être dans les programmes des candidats aux prochaines élections. Vous avez écouté ou lu une hypothèse que dans les mesures concrètes à ce sujet? Et pourtant, les enfants seulement notre avenir, de leur bien-être doit être une des priorités de l’civile, une Nation, une République, une Démocratie moderne digne de ce nom. Les élections approchent (les 24 et 25 février), mais aucune mention des questions liées à la protection de la maternité et de l’enfance. C’est pour cette raison que le FIMP (Fédération italienne des pédiatres) a présenté une belle liste de priorités de la “choses à faire” pour protéger l’avenir des enfants et donc de notre Pays. Voici donc les 7 règles simples que nos candidats doivent être bien pris.

  • 1. Une réforme des conventions avec l’ENM: doit être établi dès que possible pour s’assurer que tous les enfants, avec le soutien adéquat pour la santé et la psychophysique bien-être: nous nous référons en particulier à l’amélioration du bien-être des petits patients souffrant de maladies chroniques, la prise de la charge totale de la faiblesse et de l’adolescent) et à l’évolution des besoins des familles.
  • 2. Besoin de l’incitation à la naissance d’un nouveau “réseau des études pédiatriques”, de structures innovantes qui permettront d’assurer les soins pédiatriques, et la fonctionnalité dans la lumière de la réorganisation générale des soins de santé primaires.
  • 3. Il est considéré comme important pour la sensibilisation de la ceinture de la pédiatrie à partir du courant de 0 – 14 ans 0 – 16 ans: jusqu’à la fin de l’adolescence, en fournissant une “continuité de la relation et de soins, y compris l’augmentation de la dynamique des problèmes des jeunes (risque de consommer des drogues, les troubles de l’alimentation, de l’inconfort, de comportement, etc)”.
  • 4. Promouvoir une augmentation du nombre de pédiatres (école de spécialisation) afin d’assurer une plus grande présence sur le territoire et, par conséquent, une baisse globale de la santé.
  • 5. Promouvoir la recherche scientifique pour le développement de médicaments spécifiques pour les enfants et les jeunes de moins de 12 ans: en 30 ans n’ont pas un nouveau médicament pour les enfants et ceux qui existent sont trop peu, cependant. De base, les médicaments destinés aux enfants sont ceux des adultes, avec des doses de moitié, mais c’est une erreur grossière et dangereuse. Les médicaments avant l’inscription, doit être vérifiée en termes de sécurité et d’efficacité sur les enfants. Donc, comme c’est le cas pour la médecine de la nature et de la médecine des femmes.
  • 6. De la même manière, il est essentiel d’établir un Manuel pour les produits Pharmaceutiques pour les enfants, un instrument nécessaire dans les mains des pédiatres à prescrire des médicaments pour les enfants, qui tient compte de la conformité et les effets secondaires possibles sur les organismes qui ne sont pas encore immunologique mature.
  • 7. Qualifier le 118 et l’ensemble de la zone de l’urgence-urgence, également pour les soins pédiatriques, inséré dans un contexte de l’examen organisationnel de la médecine du territoire.

Source: FIMP

Photo: Thinkstock

Laisser un commentaire