Le cancer du sein. Un nouvel espoir par la Vitamine D

Une étude de l’Université candese de Toronto, a présenté au congrès de la Société américaine d’oncologie (Asco) montrent l’efficacité de la vitamine D dans la lutte contre le cancer du sein et dans l’amélioration de la survie des patients. Les chercheurs ont trouvé une probabilité très élevée de développer des métastases (94%) et d’aller à la rencontre de la mort (73%) chez les femmes atteintes d’un cancer du sein au moment du diagnostic a montré une carence en vitamine D.

L’échantillon analysé est composé de 512 patients qui avaient été diagnostiqués entre 1989 et 1995, tous ont été suivis jusqu’en 2006. Dans un délai de dix ans, 83% des femmes ont montré un bon niveau de vitamine D dans le sang n’avait pas développé des métastases, et 85% ont survécu. Cependant, avertissent les chercheurs, d’autres recherches sont nécessaires avant de recommander aux femmes avec le cancer du sein, la supplémentation en vitamine D dans l’alimentation. En fait, en dépit de sa carence est assez commun dans ce type de pathologie, les chercheurs ont, de leur propre aveu, n’ont pas encore été en mesure de déterminer si c’est une coïncidence.

Toujours au congrès de l’Asco ont été présentés à deux études italiennes, coordonné par l’Universita’ de Modène et de Reggio Emilia, qui ont montré l’efficacité d’une molécule (appelé le lapatinib) peut réduire la masse tumorale et d’éviter la nécessité pour l’ablation chirurgicale du sein (mastectomie). La molécule lapatinib, utilisé dans le traitement précédent à la chirurgie, il a permis à la chirurgie conservatrice dans 50% des cas. L’échantillon dans ce cas, est composée d’une centaine de femmes.

En outre, comme expliqué par Pier Franco Conte, directeur du département d’oncologie et d’hématologie, Université de Modène et Reggio Emilia, dans 45% des patients, le traitement et la chirurgie ont conduit à la disparition du cancer. Toutefois, notez les chercheurs du congrès américain, il y a une tendance à avoir recours à la mastectomie à la place de la chirurgie conservatrice.

Laisser un commentaire