Le Virus H1N1 a muté en Australie, mais il n’y a pas d’alarme

Une mutation du virus H1N1 a été enregistré au cours des dernières semaines en Australie et en Nouvelle-Zélande où l’hiver est devant nous. Ce n’est pas la première, et probablement même pas la plus récente mutation du virus, qui, l’année dernière lui a envoyé dans la panique de la moitié du monde, mais les experts sont prompts à affirmer qu’il y a des alarmes particulières.

Par rapport à la précédente mutations, telles que celle enregistrée en Norvège (variante D222G) beaucoup plus virulente, cette variante est nommé "austral" n’a pas augmenté les statistiques de décès et ne semblent pas particulièrement agressif, éliminant ainsi la nécessité pour l’étude d’un nouveau vaccin. Le norvégien avait une plus grande capacité d’attaquer les poumons deviennent de plus en plus sévère, mais sa propagation était assez limité et ne cause pas de maux de tête pour les experts.

Pour l’instant, cependant, reste valable: le vaccin contre la grippe est déjà prévu depuis longtemps, même si les experts de continuer à surveiller ce nouveau virus. Il n’est pas dit, en effet, qui ne change pas à nouveau, car il a montré ces derniers mois, une possibilité de changement de forme très vite. Dans le cas où il devait arriver, se muant en une forme plus dangereuse, alors que vous auriez à l’étude d’un nouveau vaccin, mais pour l’instant il n’y a pas de soucis.

Le virus se manifeste dans l’hémisphère sud s’est comporté comme un virus normal, les variations saisonnières ne semble pas lui donner une autre virulence ou d’une autre la vitesse du mouvement. En revanche, pour la réactivité pour le vaccin, il est possible, et certainement si le virus continue à muter, il peut avoir besoin d’une mise à jour

explique le professeur Gianni Rezza, épidémiologiste de l’Institut national de la Santé, le Corriere della sera, qui a également rappelé qu’il n’est pas nécessaire de modifier le vaccin, ou de créer inutile d’alarme.

La recherche a été menée par l’équipe de Ian Barr de l’Organisation Mondiale de la Santé Centre de Collaboration de Recherche et de Référence sur la Grippe, Melbourne, et publiée dans la revue Eurosurveillance.

[Source: le Corriere della sera]

Laisser un commentaire