Manœuvre, de ne pas réduire les soins pour le cancer, mais Fazio nie

L’enveloppe financière proposée par le Gouvernement est encore à discuter de l’Association italienne de l’Oncologie Médicale, inquiète de la prétendue coupes dans les fonds alloués aux soins contre le cancer. Pour lancer l’alarme est Carmelo Iacono, président de l’Aiom, a parlé lors de la conférence internationale de l’American Society of Clinical Oncology (Asco) à Chicago (Illinois):

Nous sommes inquiets parce que les réductions en matière de santé publique ont un impact important dans la prestation des soins aux patients atteints de cancer. En oncologie, et, avec elle, les personnes touchées par le cancer, va finir par payer le prix le plus élevé pour les réductions des dépenses de santé imposées par le budget.

À vous soucier est surtout le bloquant du chiffre d’affaires à prendre d’un personnel spécialisé pour les soins des patients atteints de cancer. Mais aussi, le manque de travailleurs de l’équipement de diagnostic:

Afin de réduire les listes d’attente, il est nécessaire que tous les équipement de travail sur 12 heures, sinon, nous courons le risque d’avoir ouvert de nouvelles installations pour Animaux de compagnie, la Tomodensitométrie et la Résonance magnétique nucléaire sans avoir le personnel nécessaire pour les faire travailler. Si vous ne comprenez pas que nous avons besoin d’investir dans des médecins, des techniciens et biologistes, nous ne sommes pas en mesure de donner des réponses adéquates dans la lutte contre le cancer, qui sont en train de devenir la principale cause de décès en Italie.

Le ministre de la Santé, Ferruccio Fazio, n’a pas tardé à réfuter:

La manœuvre n’entraîne aucune coupure, ni en nombre, ni en nature, ni dans la qualité de la performance pour le traitement du cancer.

Nous espérons vraiment ainsi. Si non, ce serait vraiment un coup à la lutte contre le cancer.

[Source: Reuters; Corrieredellasera.] [Photo: antoniovergara.wordpress.com]

Laisser un commentaire