Refusé pour le chant? C’est la faute du cerveau

Il n’est pas question de "l’oreille", mais du cerveau. Dans de musique, le cerveau ne peut pas se coordonnent bien avec les domaines de l’auditif avec les zones motrices du larynx. Les sons sont perçus dans le bon sens, mais ne sont pas traduits de manière adéquate dans les mouvements du larynx, puis sont lus dans le mauvais sens.

Pour le montrer, sont les études récentes par Steven Brown (Département de Psychologie, Université Simon Fraser, Burnaby, Canada, qui leur permettra de montrer à Montréal à l’occasion de la conférence "les Neurosciences et la Musique III – Troubles et de la Plasticité”, organisé par la Fondazione Mariani.

La théorie, si "justifie" le peuple pourrait ne pas avoir la responsabilité sur leur bruit désagréable de serre, il faudrait loin, cependant, presque tous l’espoir de pouvoir améliorer leurs performances.

Même si l’opinion commune est à la de professeurs de chant, qui, avec un bon travail, en particulier sur la respiration responsable du mouvement du larynx, et donc des cordes vocales, il est possible de les "éduquer", de même que les entrées ont tendance à être refusé.

Laisser un commentaire